Sébastien ROFFAT (1980)

 

Chargé de cours aux universités Paris 3 - Sorbonne nouvelle (2011-2017), Évry-Val d'Essonne (2011-2012) et Jules Verne-Amiens (2015-2016). Enseignant également en Diplôme des métiers d'art Cinéma d'animation à l'Institut Sainte-Geneviève (Paris) depuis la rentrée 2016.

Enseignements universitaires

Les enseignements universitaires sont les suivants :

Introduction à l’histoire et à l’esthétique du cinéma d’animation et des effets spéciaux :
Le cours se propose de questionner la terminologie de « cinéma d’animation » alors que l’histoire du cinéma et des médias la plus récente, et que les médias numériques eux-mêmes, nous encouragent à évoquer plus largement le phénomène d’animation. Animation et images animées sont devenus les composants centraux de l’histoire des médias. La question de la généalogie des images animées doit faire émerger une nouvelle manière de penser l’animation et les effets spéciaux. Ces avancées conceptuelles ouvrent au cinéma d’animation et à l’animation sous toutes ses acceptions de toutes nouvelles pistes de recherches.

Histoire du cinéma d’animation :
D’Émile Reynaud en 1892 aux plus récents films faisant appel aux effets spéciaux, le cinéma d’animation a peu à peu envahi les écrans du monde. Il s’agit par une approche historique et esthétique de brosser à grands traits les 120 années d’une histoire du cinéma d’animation. Les grands jalons de cette histoire seront constituées d’une évocation des pionniers de l’animation qu’ils soient français ou américains, de l’extraordinaire développement du cartoon dans les années 1920 et 1930, de l’avant-garde allemande, de la propagande des années de guerre, du renouvellement des années 1950 et 1960, de l’émergence de la télévision, de l’animation japonaise et d’un état des lieux actuels du cinéma d’animation.

Histoire et cinéma. Approches méthodologiques :
Comment le cinéma interroge-t-il l’histoire ? Ce cours propose une étude des rapports entre histoire et cinéma. A travers un bilan historiographique et l’étude des textes fondateurs, nous présentons les différentes approches théoriques du cinéma dans son rapport à l’histoire et offrons un ensemble de réflexions sur la place et la fonction du cinéma dans l’histoire et la démarche de l’historien.

Le film amateur :
Ce cours propose une étude de l’histoire du cinéma amateur, une pratique cinématographique souvent écartée de l’historiographie du cinéma. Nous interrogeons la notion d’ « amateur » et, de la naissance du cinéma à nos jours, de la pellicule au numérique, nous étudions les transformations techniques, esthétiques et socioculturelles de la production amateur. Comment analyser le film amateur ? Quels sont les espaces de production et de réception à travers le siècle ? Et aujourd’hui, des archives du film aux fichiers de nos ordinateurs et aux sites internet, quelle est sa place dans notre société ? Que faire de ce cinéma « mal fait»?

Le cinéma érotique et pornographique en France :
Le cinéma érotique et pornographique en France date des débuts du cinéma. Si la caméra est utilisée, les projections se font plutôt dans un cadre personnel, dans des clubs privés ou des cinémas pour adultes. D'abord projetés dans les maisons closes, les films pornographiques connaissent une grande vague au cinéma dans les années 1970 et 1980, avant de s’immiscer dans la sphère du privée avec l'émergence de la VHS et du DVD. Les années 2000 bouleversent complètement la donne : un large public international y a désormais accès, des productions amateurs se multiplient, le modèle économique est en pleine recomposition. Le cinéma français érotique et pornographique qui concerne pourtant un large public est encore souvent marginalisé dans les études universitaires. Les approches se veulent donc multiples : économique, culturelle, sociologique, historique, philosophique, éthique, psychanalytique, etc.

Le X comme cinéphilie. Esthétique du cinéma érotique et pornographique :
Si le cinéma érotique peut être facilement considéré comme du "vrai cinéma", le cinéma pornographique est souvent vu comme un "sous-cinéma" peu digne d'intérêt dans les études cinématographiques. Le discours est ainsi pléthorique mais la connaissance finalement limitée. Les études pornographiques reconnaissent la pornographie comme "forme culturelle" et comme "question politique". Le film étant le matériau pornographique le plus immédiat qui soit, la question esthétique doit également y trouver sa place. C’est le donc le sujet de ce cours.

Histoire économique du cinéma français 1895-1945 :
Ce cours se propose de revenir sur les cinquante premières années du cinéma français en abordant des questions relatives aux acteurs et à l'organisation de l'industrie cinématographique et aux prémices de l'industrie audiovisuelle en France. Nous étudierons les stratégies des frères Lumière comme avènement du marché cinématographique ainsi que les stratégies des premières entreprises françaises de production et de distribution (Pathé, Gaumont...) face à la concurrence américaine et à l'émergence du cinéma parlant. Seront également traitées les motivations culturelles et économiques des politiques publiques visant la réglementation du secteur et les modalités de soutien à la création, à la production et à la distribution mises en place par l'État français. Ainsi, le secteur cinématographique est profondément réorganisé sous le gouvernement de Vichy (1940-1944), au travers d'institutions et de cadres réglementaires qui perdurent dans les grandes lignes jusqu'à nos jours.

Histoire et théorie des arts technologiques. Histoire de l’image, des dispositifs et des techniques cinématographiques :
Ce cours présente en première partie une histoire de l’image en mouvement, des dispositifs et des techniques « pré-cinématographiques », employés entre le Moyen Âge et l’apparition des premières vues animées autour de 1895. Tout en restant critique à l’égard de la notion de « pré-cinéma », il s’agira de se familiariser avec les dispositifs optiques les plus importants de la « préhistoire » du septième art. La deuxième partie du cours propose une « histoire » des dispositifs et des techniques cinématographiques allant du cinéma des premiers temps jusqu’aux plus récentes innovations technologiques : les premiers truquages jusqu'au cinéma 3D, en passant par le Cinémascope, le procédé Technicolor, la HD, etc.

 

Histoire et esthétique du cinéma :
Le cours de première année en DMA privilégie une approche chronologique afin de poser les bases indispensables à une compréhension du cinéma comme œuvre mais aussi comme objet médiatique ou culturel. Sont ainsi abordés l’émergence du média, à travers le pré-cinéma, son institutionnalisation industrielle et formelle, à la suite de la création d’Hollywood, et les différents écoles ou courants artistiques qui ont développé tour à tour le langage cinématographique (expressionnisme allemand,  cinéma d’avant-garde, néo-réalisme italien, nouvelle vague française, etc.). Sont ainsi envisagées les relations que le cinéma entretient avec les autres arts (peinture, littérature, etc.) mais également avec l’histoire politique et sociale (guerres, émancipation des femmes, etc.). Dans le même temps l’accent est mis sur les propositions esthétiques de cinéastes-auteurs, qu’ils soient américains (Hitchcock, Welles, etc.), français (Renoir, Truffaut, Resnais, etc.), allemands (Fassbinder,  Herzog), italiens (Fellini, Pasolini, Visconti) ou suédois (Bergman). Dans un dernier temps, en guise de conclusion, on porte le regard sur le cinéma d’auteur français contemporain (Desplechin, Audiard, etc.) afin d’évoquer les conditions de production actuelles des films. 30 séances de 2 heures.

 

Analyse filmique :
Parallèlement au cours d’analyse philosophique du cinéma et qu’alors que sont posés les jalons historiques qui ont fait du cinéma au cours du XXe siècle un des arts majeurs, les étudiants se familiarisent lors du cours, à la complexité du langage cinématographique grâce à l’analyse de séquences empruntées aux films majeurs de l’histoire du cinéma. Apprentissage d’une esthétique reposant sur une écriture singulière convoquant à la fois le jeu d’acteur, la lumière, le cadre et le mouvement de caméra, le décor et les costumes, mais aussi le montage.

 

Genres et motifs cinématographiques :

Le séminaire approfondit et retraverse les enseignements d'histoire et d'esthétique du cinéma, à partir de la notion de genre (cinéma fantastique, comédie musicale, western, etc.), ce qui permet de mettre l’accent sur le cinéma américain. 30 séances de 2 heures.

 

Histoire du cinéma d'animation :

Le séminaire a pour sujet le cinéma d’animation envisagé à travers une cadre chronologique afin d’observer, des origines à nos jours, d’Emile Cohl à Nick Park, ses mutations esthétiques et techniques.  En s’attachant, à la présentation d’un grand auteur par séance, l’enseignement met l’accent sur les cinématographies françaises mais également étrangères (États-Unis, Pays de l’Est, etc.), sur les techniques (dessins, animation de poupées, etc.), s’intéressant autant au cinéma commercial (Disney, etc.) qu’aux artistes expérimentaux (Richter, Scheer, etc.), ou aux auteurs classiques (Starewitch, Grimault, Laloux, etc.). 30 séances de 2 heures.


PROGRAMME DES COURS

Histoire du cinéma d'animation et des effets spéciaux des origines à nos jours :
Licence cinéma et audiovisuel, 2ème année, TD 2h, 1er semestre 2011, 2012 et 2013 (Paris 3)

Introduction à l’histoire et à l’esthétique du cinéma d’animation et des effets spéciaux :
Licence cinéma et audiovisuel, 1ère année, TD 1h30, 2ème semestre 2015, 2ème semestre 2016 (Paris 3)

Le cinéma érotique et pornographique en France :
Licence cinéma et audiovisuel, 3ème année, TD 2 heures, 2ème semestre 2014 (Paris 3)

Le X comme cinéphilie. Esthétique du cinéma érotique et pornographique :
Licence cinéma et audiovisuel, 3ème année, TD 2 heures, 1er semestre 2014, 1er semestre 2015 (Paris 3)

Histoire et cinéma :
Licence cinéma et audiovisuel, 3ème année, TD 2h, 1er semestre 2011, 2012 et 2013 (Paris 3)

Histoire et cinéma :
Licence histoire, 3ème année, CM 1h30, 2ème semestre 2012 et 2013 (Évry-Val d'Essonne)

Le film amateur :
Licence cinéma et audiovisuel, 1ère année, TD 1h30, 2ème semestre 2012, 2013 et 2014 (Paris 3)

Histoire économique du cinéma français 1895-1945 :
Licence cinéma et audiovisuel, 2ème année, TD 2h, 1er semestre 2015 (Paris 3)

Histoire et théorie des arts technologiques. Histoire de l’image, des dispositifs et des techniques cinématographiques :
Licence cinéma et audiovisuel, 2ème année, Cours magistral (130 étudiants), 2h, 1er semestre 2015 (Jules Verne Amiens)

Thèmes de recherche :
Cinéma d’animation, nouvelles images et effets spéciaux et visuels.
Histoire et esthétique du cinéma (histoire du cinéma, cinéma et histoire, archives film et non-film).
Objets de cultures populaires et marginalités filmiques (cinéma érotique et pornographique, film amateur).
Cinéma utilitaire (films publicitaires, films de formation)
Études culturelles, réception et critique.
Économie du cinéma, de l’audiovisuel et de l’Internet.
Contexte de marché, rouages socio-économiques, métiers de la production.
Sociologie du cinéma et approches contextuelles des œuvres.

Qualification CNU :
18e (Esthétique et sciences des arts)
22e (Histoire et civilisations)

Audition :
Classé 3ème en 2014 au poste de maître de conférences en économie du cinéma, de l’audiovisuel et de l’Internet (18ème section CNU) au département de cinéma et théâtre (section cinéma) de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3.

Comité scientifique :
* Colloque « Archives et acteurs des cinémas d’animation en France », 30 et 31 octobre 2013, à l’INHA.
* Colloque international, « Full ou Limited ? La « qualité » de l'animation à la télévision, entre économie et esthétique », 6 et 7 novembre 2014, Labex AnimTV.
* Colloque « Le cinéma d’animation : de l’expérience poïétique à l’invention esthétique », 5 et 6 février 2015, Université Toulouse - Jean Jaurès.
* Membre du comité scientifique constitutif de NEF Animation . Organisation d’un premier colloque les 26 et 27 septembre 2016 à l’INHA « L’analyse des films d’animation. Le défilement et après. Foldès, Kuntzel »
* Organisation d’un grand colloque international pour le centenaire de la mort d’Émile Reynaud (2018) .

Équipes de recherche :
Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (IRCAV), Paris 3.
Labex Industries Culturelles et Création Artistique (ICCA), AnimTV sous la direction scientifique de Barbara Laborde et Chantal Duchet en partenariat avec l’IRCAV-Paris 3, l’EnsAD, l’Ina et la région Île-de-France.

Recherche postdoctorale :
Animation et télévision : évolution des pratiques de production et de diffusion face aux usages numériques. Dispositifs et usages : les enjeux industriels et les nouvelles consommations médiatiques.

Membre de jury :
Président du jury du festival du film d’animation de Paris, septembre 2014.
Jury DMA, Institut Sainte-Geneviève, UE8 Cinématographie, 2013, 2014, 2015 et 2016.
Jury de sélection courts métrages au festival national du film d’animation de Bruz.
Jury de sélection courts métrages au festival national du film d’animation de Paris.
Jury Master professionnel Paris 3. « Didactique de l'image. Production d'outils, arts de la transmission. » 2014-2015 et 2015-2016.

Pratiques cinématographiques :
Réalisation du court métrage animé L3M (2007) en papiers découpés.
Supervision de la réalisation de 69 courts métrages amateurs d’étudiants en 2012, 2013 et 2014.
Supervision de la réalisation de 48 courts métrages d’animation d’étudiants en 2013 et 2014.

Certification complémentaire Cinéma et audiovisuel :
académies de Paris, Créteil, Versailles, 20 mars 2015, 16/20.

CONTACT. -
Si vous souhaitez contacter l'auteur : sebastien.roffat@cellulo.net

Si vous souhaitez des renseignements plus généraux ou apportez des commentaires, écrivez à contact@cellulo.net

Si vous souhaitez une conférence de Sébastien Roffat, le montant de la prestation (tarif sur demande) ainsi que la prise en charge des frais de déplacement, restauration et hébergement sont à la charge du demandeur.

Il n'est malheureusement pas possible de répondre aux très nombreuses sollicitations individuelles de lycéens pour des TPE par exemple et Sébastien Roffat s'en excuse par avance.

 

Comment nous joindre

sebastien.roffat@cellulo.net

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute notre actualité.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Réalisé par Sébastien Roffat